750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le passé autosuffisant et l'entraide transgénérationnelle : vers plus d'autonomie -renouer avec un passé de production :

photo : Dominique :)

Ma marraine qui habite le village voisin a dit un jour : "Dans le temps on avait tout : les fruits, les légumes, les pommes de terre, la viande. Aujourd'hui on cherche tout au Match"

Quand j'étais jeune on avait des jardins (légumes, framboises, noix), un verger (mirabelles, cerises, reines claudes, pommes, poires, quetsches), de la vigne ( on faisait du vin, de l'eau de vie). On plantait des pommes de terre, du blé et on cherchait la farine au moulin. On avait des taureaux, des porcs, des lapins, des poules, desvaches,  (des moutons mêem une fois), du lait, des oeufs. On gardait 5 litres de lait tous les jours. On prélevait la crème pour la cuisine et faire le beurre. On laissait  cailler pour le bibeleskÄs et le Bürekäs. Ma mère savait fairetous les gâteaux. Nous faisions notre glace maison dans une sorbetière qui se mettait dans le freezer. On congelait les excédents.

On faisait des conserves en bocaux des cerises, mirabelles et betteraves rouges, les cornichons.

On faisait fumer du jambon dans la cheminée, quand on tuait le porc ma grand-mère faisait du presskopf, du boudin noir et de la  la soupe de boudin :), de la saucisse de foie, du bradwurst, du salami qui séchaient au grenier et se conservait ainsi.

Ce que nous ne faisions pas : le pain et les nouilles :)

La génération d'avant le faisait : pain tous les mercredis au four à pain et nouilles avec la farine qu'on avait.

Nous étions quasiment autosuffisants. C'était du travail et il fallait souvent aider. Je préfèrai lire mais j'aimais bien aussi faire les choses maison. J'ai su faire la pâtisserie très tôt.

Etre autosuffisant c'est une philosophie aussi.

On fait les choses tout seul. On a besoin de personne.

Grâce à l'aide transgénérationnelle j'ai pu avoir un enfant avec un copain qui faisait des études et ne gagnait pas d'argent tout en ayant une fragilité niveau santé et en ayant 40 ans :)

Fort de leur expérience d'autosuffisance et aussi de l'enfance malgache de mon ex belle-mère je suis arrivée à m'en sortir à moindre frais en prenant du recul avec la société de consommation.

Fort du commandement de la  Torah "Respecte tes parents afin que tes jours s'allongent" j'ai travaillé en partenariat avec ma famille pour élever ma fille. Ma mère et tous les autres m'ont beaucoup aidé mais on aussi posé leur limites. Ils ne m'ont jamais laissé dans la mouise mais m'ont toujours mis face à mes responsabilités et parfois c'était dur. C'est grâce à tous que j'ai pu avoir un enfant (médecins et ex copain et belle maman compris)

Ils ont tous posé leurs limites.

Aujourd'hui j'y arrive toute seule et j'en suis fière. Tout ce que j'ai je l'ai payé moi-même ou on me l'a donné.

On a eu tout ce qu'il nous fallait. Tous les dimanches j'allait manger chez mes parents. Ma mère me congelait des excédents de repas que j'emmenais au boulot ( pas de cantine). Elle faisait de bons morceaux de viande et pâtisserie. Elle faisait le linge. Plus tard elle repassait. J'exposais mes problèmes durant ces repas et nous trouvions toujours des solutions avec mon ex belle -mère aussi. J'apprenais des choses sur mes ancêtres, la famille, le village. Les grands-parents, oncles, cousins, tantes et grands-tantes permettent de prendre le relai dans l'éducation d'un enfant avec un père absent voire défaillant.

Aujourd'hui mes parents et tantes demandent plus de soins. J'essaye de faire de mon mieux pour assurer bien que je pose aussi des limites :) Toujours quand même les conseils sont là. Je ne regrette pas de les avoir écouté.

Si on réfléchit dans une logique d'autosuffisance et d'autonomie on s'éloigne de la société de consommation et de loisirs qui a remplacé la société de production (paysanne et industrielle).

En effet dans le temps les gens passaient leur temps à produire pour vivre, produire de la nourriture et des biens.

Le premier employeur de France sur site est aujourd'hui Disneyland Paris qui a remplacé l'usine Renault de Boulogne Billancourt fermée en 1992 peu avant l'ouverture de Disney. 75 pourcents des jeunes d'aujourd'hui ont visité Disneyland. Cela caractérise le passage d'une société de production à une société de consommation et de loisirs.

L'ouvrier d'usine d'en temps travaille aujourd'hui dans les entrepôts d'Amazone.

Le cheminot a été remplacé par le chauffeur routier qui achemine les colis à domicile dans un délai de 2 jours.

Passer plus de temps à produire ce dont on a besoin et réduire sa consommation permet de renouer avec un passé plus écologique tout en s'accordant des loisirs et des avantages fournis par la technologie (c'est pas interdit).

Comme rouvrir des usines en France est à l'ordre du jour....

 

Gâteaux ce dimanche

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :