750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une réflexion personnelle que je poursuis (vers la fin du blasphème) :

 

Je remonte un post d'il y a deux ans : 

"Je voulais vous faire part d'une réflexion personnelle que je poursuis. Surtout je ne veux donner de leçons à personne et je sais qu'on ne peut malheureusement ressusciter les morts.  Je ne juge personne et respecte l'opinion de chacun.

 

Dans l'Art du roman, Milan Kundera en retraçant l'histoire du roman européen, nous annonce que les années 90 étaient les années de la fin d'une époque, les années des paradoxes terminaux.

Le roman européen à commencé à la renaissance avec Don Quichotte qui dans un paysage sans Dieu a quitté sa maison.

Le début du roman européen, avec l'humanisme a marqué une période différente des précédentes dans la mesure ou la philosophie et les arts n'étaient plus faits pour louer Dieu et le servir. Contrairement aux arts du Moyen Age, à la philosophie de Saint Augustin et Saint Thomas.

 

De l'humanisme de la Renaissance ont découlés les Lumières mais aussi le colonialisme et les théories raciales (Gobineau, etc) qui ont débouché sur le colonialisme, le nazisme. Les philosophes strasbourgeois Lacoue Labarthe et Jean Luc Nancy ont déclaré dans les années 1990-200 " Le nazisme est un humanisme".

 

La fin du roman européen finalise peut-être cette période de l'histoire occidentale où les choses de l'esprit n'étaient plus élaborées dans le respect de Dieu.

Nous le voyons avec l'écologie qui est d'une extrême urgence. Nous nous devons d'être plus sérieux que par le passé et ne pouvons plus nous permettre les grands débordements autorisés jadis dans la société de consommation.

(Avec la révolution écologique, une autre ére a commencé.)

 

Peut-être qu'il en est de même sur le plan idéologique.

 

Pourquoi ne pas respecter les religions même si l'on est athée ? 

Le blasphème au nom de la liberté ?

Notre société peut rester laïque en respectant les religions.

Il s'agit juste d'être un peu plus sérieux et respectueux comme on ne gaspille plus de nourriture et qu'on jette ses déchets à la poubelle.

Nous sommes à l'ére de la mondialisation. Les pays non occidentaux font évoluer leurs moeurs en faveur des pays occidentaux. Pourquoi nous cantonner dans notre tour d'ivoire en prétendant que nous savons mieux que tous les autres ? Ne pouvons nous respecter les religions  sans toujours avoir peur de perdre un héritage ? Dans la mondialisation tout le monde est obligé de faire évoluer ses pratiques culturelles ( Les aborigènes ne peuvent plus manger de tortue par exemple parce que c'est une espèce protégée) . Pourquoi pas nous ?

Encore une fois chacun son opinion. 

Mon grand-père disait toujours : "Quand tu tombes dans le Rhin il faut nager dans le sens du courant sinon tu t'épuises"."

Juste pour rajouter : les musulmans n'ont pas le droit de voir d'image du prophète. Dans les films le prophète n'est pas montré. La plupart n'ont jamais vu d'image du prophète.  Ils m'ont dit que les caricatures montraient le "rectum" du prophète. Quand on enseigne la liberté d'expression dans les écoles ce sont ces images que l'on montre aux enfants.

Pour moi cela ne justifie pas un meurtre mais il faut juste réfléchir un peu en faisant les programmes scolaires. C'est un véritable choc des cultures. Il faut y penser.

Encore une fois moi je ne suis pas pour l'abrogation de la laïcité. C'est une des conditions du vivre ensemble. Mais je suis pour le respect des religions et la fin du blasphème.

Qui dit interdire le blasphème, dit mettre en place une peine en cas d'infraction. Je pense qu'il faudrait une peine lègère, rattacher cette infraction à l'infraction d'injure raciste ou de diffamation qui comprend déjà la discrimination par rapport à une religion. Il faut détacher cette peine de la lourdeur de l'héritage judéo-chrétien et des religions plus récentes afin de rester dans la laïcité et le projet de la république. Enfin bon je ne suis pas juriste :)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :