Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour jocelyn charles- Pourquoi je crois à l'évolution des mentalités et au progrès

 

 

 

Quand j’étais petite, mon père m’a transmis deux hontes : la honte d’être alsacien et la honte d’être paysans. Dans les années 70, 80 être paysan ou fermier, ou agriculteur était quelque chose de négatif. On était quelqu’un qui se salit les mains, qui travaille avec le fumier, les bêtes, une personne de mentalité reculée. C’était sale. La ferme pue. Les gens qui travaillent à la ferme puent. Ça pue.

 

En khagne à Metz, un copain à moi me l’a dit d’ailleurs. D’habitude je n’avais pas de problèmes avec cela, le fait d’être fille de paysans. Au collège et à l’école primaire, les gens savaient que j’étais d’une famille importante dans le village et beaucoup avaient aussi des origines paysannes et puis comme j’étais toujours la meilleure en classe, ils avaient besoin de moi, ils admiraient. Au lycée pourtant on a commencé à me donner des surnoms comme " Reine des près " "  Vindiou la Marie " etc….

Donc ce copain de khagne qui était le fils d’un immigré italien, ouvrier et artiste me dit un jour qu’il trouvait que je puais. Je ne comprenais pas car je prenais des douches régulièrement. Je me demandais ce que ce type que j’admirais voulais dire.

J’ai toujours dit la vérité. J’ai toujours dit " agriculteur " pour mon père et pour ma mère je disais souvent " agricultrice " bien qu’une prof m’avait dit qu’il fallait marquer " mère au foyer " car " agricultrice " n’était pas une profession reconnue. Pourtant c’était ma mère qui gèrait la ferme du point de vue des finances et mon père ne s’est jamais occupé des comptes. Elle bossait aux champs comme lui et le boulot il l’ont toujours fait ensemble. D’autres filles ont été plus discriminées que moi. Certaines mentaient quand on leur demandait ce que faisaient leurs parents.

 

Donc pour dire que dans les années 70, 80 être fille d’agriculteur, être agriculteur c’était pas bien vu.

 

Plus tard à la fac, avant d’aller en cours nous avions du déplacer une vache avec ma belle sœur car un gamin qui jouait à la ferme avait cherche ses clefs dans la caillebotis qui était une grille ou reposaient les pieds arrière des vaches et en dessous de laquelle il y a la fosse à purin. Il avait voulu chercher ses clefs, avait soulevé la grille et la vache était tombée avec les pieds arrière (elle était toujours attachée par le cou avec une sangle prévue pour qu’elle ne puisse s’étrangler) dans la fosse. Nous avions peur que la vache à côté d’elle ne tombe aussi et nous l’avons donc déplacée plus loin sur les conseils de l’inséminateur ( un monsieur qui venait inséminer les vaches) qui était venu peu après. Mes parents et mon frère n’étaient pas là. Bref je raconte ça à une de mes copines de fac et elle me dit " Mais c’est drôle. Ah tu es fille d’agriculteur ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? " ça voulait dire pourquoi fais-tu des études ? Je lui ai expliqué qu’il fallait que je me trouve un travail comme tout le monde.

 

Dans les années 90, 2000, les mentalités ont peu à peu changées. La ferme est devenue à la mode. Il y avait de plus en plus de films, de livres sur les paysans, des marques de vêtement ont fait des collections avec des animaux de la ferme, il y a eu ces motifs de vache qui apparaissaient partout. Bref je crois vraiment que quelque chose à changé.

 

Et d’ailleurs mon neveu qui a huit ans est très fier de son père " agri " et n’éprouve aucune gêne à en parler. Dans son esprit c’est quelque chose de totalement positif.

 

Donc pour jocelyncharles qui pense que les mentalités n’évolueront jamais en ce qui concerne le racisme, je lui dis qu’il pourrait avoir quelque bonne surprise dans les années à venir. Non pas que le racisme disparaisse. Ce genre de chose est assez inhérent à la nature humaine et je ne pense pas que les discriminations disparaîtront un jour. Ce serait trop beau. Mais attendons dix ans, vingt ans. Si Le pen ne passe pas, nous aurons sans doute quelque bonne surprise, une bonne surprise déjà enfouie en nous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Amaliaharmonie 03/03/2007 10:05

Bonjour,
Nath je suis désolée. J'ai effacé ton commentaire par mégarde. C'est pas ce que je voulais faire. Impossible de revenir en arrière.
Je te fais mes plus plattes excuses.
En tous cas j'ai pris bonne note de ton blog.
Amalia

Corinne 02/03/2007 21:58

Heureusement  que les gens changent. Sinon, nous serions toujours en dictature, la démocratie n'existerait pas.Mais malheureusement la méchanceté humaine est toujours là, l'envie, la jalousie. Seule la tolèrance est présente, mais elle ne suffit pas à masquer tous ces autres sentiments.Je ne suis pas aussi optimiste que ça. Mais effectivement, nous pouvons juste espérer que les choses changent.

Amalia Harmonie 03/03/2007 09:56

Oui je suis d'accord. Ce genre de sentiments : envie, jalousie, vanité, égotisme existeront toujours. Mais n'empêche que quelque chose dans la conscience collective a changé par rapport à ce qui touche à la ferme et à la vie à la campagne. Et même si je trouve les gens plus violents, plus pulsionnels, plus ignorants parfois ( j'ai été dans une grande surface hier) et même si souvent on retrouve ces mêmes sentiments chez les gens éduqués et de façon beaucoup plus subtile et cruelle je trouve que les choses ont évolué.
Un autre sujet est tout ce qui touche à la psychologie, la maladie mentale, les abus sexuels. La aussi, le regard des gens et de la société a beaucoup changé.
Quant au racisme, un monsieur black d'un certain âge disait que c'est inhérent à la nature humaine : on a peur, rejette ce qui est différent. Je crois qu'effectivement les gens ont tendance a rejetter ce qui est différent ( le noir, l'arabe, l'intellectuel mais aussi le fou) et ce n'est qu'avec l'éducation qu'on arrivera à faire baisser le racisme, l'éducation à la tolérance. Mais beaucoup de bons comportemenst ne sont pas innés ( certains le sont) comme par exemple ne pas polluer, ou être un bon citoyen.
Pourquoi ne pas croire que les gens (pas tous) ne deviendront pas dans l'ensemble moins racistes et plus ouverts à la culture de l'autre. Beaucoup de gens voyagent, sont en recherche de vérité. Avec la mondialisation l'ouverture se fera peut être petit à petit. D'ailleurs c'est sans doute un exemple contestable mais j'ai entendu un acteur américain dire qu'il y avait du progrès aux Etats Unis par rapport au racisme.