Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Soin pour cheveux secs


 

Quand je vais chez le coiffeur, il me propose toujours un soin. En effet mes cheveux sont un peu cassants et secs suite aux couleurs.

Donc aujourd'hui j'ai eu l'idée de tester un soin pour cheveux secs du bouquin que j'ai acheté il y a 22 ans chez France Loisirs : "La beauté c'est naturel". L'auteur du bouquin dit dans la préface qu'il vaut mieux faire ses produits de beauté soi-même car les principes actifs contenus dans les plantes et autres produits ne se conservent pas et ne sont pas commercialisables. Si on suit cette logique, ça nous amène à déduire que le shampoing aux plantes, la crème au ginseng, et tous les produits soit disant naturels, eh bien c'est de la foutaise.

Ceci dit c'est une déduction totalement personnelle et en fait je ne sais pas si c'est vrai. Mais ça semble assez logique.

Le hic dans toutes ces recettes c'est que c'est beaucoup de travail et qu'on a pas toujours tous les ingrédients à la maison surtout que le bouquin a 20 ans et que ce que vendent pharmacies, drogueries a beaucoup changé comme l'économie de marché en général.

J'ai quand même essayé ce soin ce matin. Voici donc la recette :

Pour cheveux secs :

2 jaunes d'oeufs

2 cuil à s d'huile d'olive

1 cuil à s de rhum

battre le tout et verser sur cheveux mouillés. laisser reposer 15 minutes et rincer.

C'est ce que j'ai fait mais j'ai fait une soupe entre temps et ça a reposé 30 minutes. Donc là j'ai eu du mal à rincer. Enfin bon j'attends que les cheveux sèchent pour voir le résultat.

ça sent le rhum en tous cas. Peut être faudra-t-il faire un shampoing pardessus.

Mais d'après le bouquin on pourrait se laver les cheveux tout le temps avec des oeufs battus comme se nettoyer le visage tous les matins avec du lait ou du beurre ou un jaune d'oeuf.

A voir.....

Je vous ai quand même mis une photo du résultat pour que vous puissiez juger.....(lol)

Voir les commentaires

Mot de la semaine 3 : quand on devient plus moche...

P1000419.JPG

 

 

Quand on devient plus moche, on prend des amants plus moches : ça marche aussi.

Voir les commentaires

Le bègue

 
 P1000453.JPG

 
C’était un dimanche. Les hommes étaient rassemblés dans un restaurant du village ( " wirtschaft ", en alsacien). Ils discutaient entre eux. Certains jouaient aux cartes. Parmi eux , accoudé au comptoir, se trouvait Emile, un simple d’esprit, orphelin, placé comme ouvrier agricole chez un fermier du village. Il sirotait son vin paisiblement savourant ce moment d’inactivité où il ne goûtait qu’à la joie de faire partie d’une communauté, d’y avoir une place, même maigre. Mais la joie paisible d’être au calme ne dura pas longtemps. Les villageois le houspillaient souvent mais pas trop méchamment (Cela aussi faisait partie de sa vie en communauté) mais ce jour-là fut différent. Paul, l’alcool aidant, eu le malheur de faire porter ses moqueries sur les conquêtes improbables d’Emile. D’habitude, l’idiot ne disait rien, il laissait dire. Mais là s’en était trop. Paul était allé trop loin. Il se mit en colère et en bégayant répondit : " Du besh so dum das net verecke kansch ". Tu es tellement con que tu n’arriveras pas à crever. Le bon mot d’Emile fit sensation au restaurant.
L’hilarité générale qui suivit consacrait son bon esprit.

Voir les commentaires

Mot de la semaine 2 : l'amour...

P1000206.JPG 
 Magnifique citrouille récoltée par ma mère dans son jardin !
 
 
 
 
 
 
 
 
L’amour est un vaste supermarché. La société est un vaste supermarché : les gens vous consomment….Pourtant je ne suis pas une boite de raviolis.

Voir les commentaires

De la création, de ce qui marche, marche pas

 
 
P1000139.JPG
 
Outils ayant servi à la récolte du blé dans le temps.....

J’ai eu une discussion près de la photocopieuse avec une prof cette semaine dans l’école d’art où je travaille. Cette prof travaille à mi-temps et fait donc 8 heures par semaine ce qui pour moi n’est pas beaucoup et je l’imaginais arrondir ses fins de mois avec des boulots supplémentaires. J’insinuais que huit heures c’est pas beaucoup et lui ai demandé ce qu’elle faisait à côté. Elle me répond qu’elle travaille à la préparation de ses cours. Comme j’étais incrédule elle m’explique qu’elle doit constamment travailler et se renouveler pour tenter d’accrocher ses élèves dont le taux d’absentéisme est très fort. Beaucoup ne vont même pas aux devoirs sur table. Ces élèves sont effectivement très gâtés dans notre école. Elle m’explique qu’elle essaye de réfléchir à ce qui marche en cours, à ce qui enthousiasme ses élèves, qu’elle voit sans cesse arriver de nouvelles générations d’étudiants qui ne sont sans cesse préoccupés par d’autres choses, qu’une chose qui aura accroché certains ne marchera sans doute plus la fois suivante et que ça allait très vite.
 
En fait l’évolution de la création va très vite. Cette remarque a été corroborée par la lecture d’une interview d’Houellebecq qui disait que son temps était fini. Entendez par la sa notoriété. Je ne pense pas que ça fait dix ans qu’il est connu. Je vais revenir à Houellebecq mais avant je reviens à mon enseignante. Elle me disait que la difficulté de son travail venait de la question sans réponse de "  Faut il enseigner l’art ? L’art s’apprend-t-il ? " paraît-il c’est une question très ancienne déjà posée par Platon.(Platon entre nous soit dit n’aimait pas trois catégories de personnes, les poètes, les femmes et les fous.( Les premiers parce qu’ils fabriquaient du faux et les deux seconds parce qu’ils racontaient des histoires ce qui revient à peu près au même)).
 
En plus en école d’art il n’y a pas de programme auquel se rattacher ce qui est normal vu que personne ne sait s’il faut enseigner l’art et que personne ne sait ce qu’il faut enseigner. Cela met les enseignants dans une position bien inconfortable surtout les enseignants comme cette prof qui enseignent la théorie ( philosophie, langues, histoire de l’art)
Car bien sûr dans le domaine de la création personne ne sait à l’avance ce qui marchera ou ce qui ne marchera pas.
 
Revenons-en à Houellebecq. Toujours dans cette interview il disait que son genre de littérature, réaliste, noire ne marchera plus car la société française va trop mal et que les gens ont besoin de choses plus fleur bleues et plus conformistes ce vers quoi tend la littérature de nos jours. C’est marrant d’ailleurs car Anna Gavada dans une autre interview disait qu’elle n’était pas un écrivain. C’est vrai que ses livres sont bâtis sur de bons sentiments. (Moi j’aime bien.)
Les gens ne veulent plus de romans réalistes.
 
J’ai appris une autre chose intéressante. Les lecteurs des maisons d’édition sont monsieur tout le monde. Ce ne sont pas les gens les plus qualifiés et Houellebecq disait qu’on peut très bien aujourd’hui passer à côté de très bons textes. Ceci dit je ne me sens pas visée dans ça car je sais que ce que j’écris n’est pas transcendant. Mais la remarque valait la peine d’être transcrite.
Houellebecq disait aussi être écœuré par les réactions de certaines personnes à son égard, que c’était allé trop loin. Il peut se faire insulter par un con et sourire mais c’était allé trop loin. Je n’ose imaginer à quelle violence verbale ou physique il a eu à faire. Les français d’après lui sont trop vindicatifs. Oui ça c’est le cas de le dire.
Nous vivons dans une société de grande violence.

Voir les commentaires

Mot de la semaine 1 : payer son karma...



Payer son karma. Inutile que les autres essayent de vous faire payer le leur. Chacun paye le sien : rien à faire….

Voir les commentaires

La haine du fonctionnaire

    P1000429.JPG           tri sélectif

 

Avant il y avait la haine de l’intellectuel, la haine du juif, la haine de l’arabe, la haine du noir, maintenant il y a la haine du fonctionnaire !

Que ne faut-il pas entendre aujourd’hui sur ces pauvres fonctionnaires. Je viens de lire sur un blog qu’ " un fonctionnaire au travail côute plus cher qu’un fonctionnaire à la retraite " . sic. ( on est du bétail maintenant !)

Non mais ! Je rêve. On croirait que le fonctionnaire ne produit rien, ne travaille pas, ne gagne pas son pain à la sueur de son front !

Mais mesdames et messieurs, tout d’abord une question : "  Faites vous partie des gens qui croient que les rues se balayent toutes seules, que les villes s’administrent avec l’air que vous respirez, que les enfants apprennent à lire et à écrire avec des cyberprofs ou des hologrammes, ou mieux d’eux-même, que les routes devraient être construites et entretenues par du privé, les trains dérailler comme en Angleterre, que les poubelles sont vidées par des robots ? Non mais ! Toutes ces choses que vous prenez pour acquises sont faites par des fonctionnaires. Confiez tout ça à des privés et ce sera le bordel je vous l’assure. Car si une personne fonctionnaire gagne autant qu’elle gagne pour faire son boulot et qu’en plus on lui dit que les concours qu’elle a passé et réussis pour travailler dans la fonction publique et bien elle peut s’asseoir dessus, je ne pense pas qu’elle sera motivée pour que les choses marchent.En plus si la cadence s’accélère encore plus, le boulot il sera forcément plus mal fait.

Et puis tiens, d’ailleurs parlons-en des concours :

Mesdames, messieurs, je vous le donne en mille, les concours sont ouverts à tous les citoyens français qui n’ont rien de grave sur leur casier judiciaire ! Siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! N’importe qui peut passer un concours de la fonction publique et devenir fonctionnaire !

Il faut juste le réussir et après trouver un poste, c’est à dire produire un Cv avec des trucs dessus et réussir un entretien. Alors vous êtes pris à l’essai et si tout va bien au bout d’un an vous serez fonctionnaire !

Mais allez-y ! Faites le. Au lieu de cracher et de haïr. DEVENEZ FONCTIONNAIRE.

Mais après vous verrez ça rigole pas car c’est l’armée la FONCTION PUBLIQUE et si vous avez des droits, il y a aussi des DEVOIRS avec des SANCTIONS DISCIPLINAIRES si vous faillissez. Et la paye c’est pas ça !

De plus pour la plupart des délit, un fonctionnaire est jugé plus sévèrement qu’un citoyen Lambda car il est censé être un citoyen modèle. Donc le juge forcera l’amende et le fonctionnaire écopera de plus que s’il l’était pas.

DEVENEZ FONCTIONNAIRE BON SANG, chère Madame, cher Monsieur. J’en met ma main au feu que vous aurez des surprises ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

 

Voir les commentaires

Mon psy

 

J'ai l'honneur de vous présenter mon actuel et 3e psy : docteur L.

Voir les commentaires

Y a pas un peuple qui n'ait rien à se reprocher


Art Bambara : la sagesse


L'autre jour je lisais un
blog et  je me laissais plus ou moins convaincre par son propos. En fait j'avais l'impression d'apprendre des choses.

L'auteur est proisraelien, proaméricain. J'avais l'impression d'apprendre que la guerre d'Irak c'était bien car l'Irak représentait un danger minimisé par les médias, que le problème des réfugiés palestiniens était du aux autorités arabes par exemple. 

Le blog diabolise pas mal la culture arabe et en idéalise d'autres. Mais je suis quand même allée vérifier sur Wikipédia qui je pense est plus neutre que les blogs engagés.


Et là j'ai relativisé. En effet non seulement la fuite des réfugiés palestiniens  dont parle l'auteur de ce blog n'étaient due qu'en faible partie à l'appel des autorités arabes lors de la création de l'état juif mais l'
histoire du sionisme  de Wikipédia m'a aussi appris que les premiers poseurs de bombes et les premiers attentats en Palestine étaient juifs.

L'auteur du blog cité ci-dessus disait aussi que les indiens d'amérique étaient responsables en partie de la disparittion des bisons. Je suis allée vérifier encore une fois sur Wikipédia et là je découvre que ces indiens que j'idéalisai laissaient dans certaines tribus les personnes agées dans la nature sans provisions, se faisaient la guerre et coupaient des doigts en plus des fameux scalps. Ah oui pour certains ils sacrifiaient des esclaves aussi.

 Mes charmants Indiens me paraissaient moins angéliques.


Je voulais juste ajouter qu'il est connu maintenant que les noirs ont eux aussi pratiqué
l'esclavage.

Tout ça pour dire qu'il n'a pas eu un seul peuple qui n'ait commis de choses choquantes pour moi sur cette terre, que je ne veux en diaboliser aucun mais que je ne crois pas qu'idéaliser un peuple soit l'idéal non plus si je puis m'exprimer ainsi.


En fait le fameux adage d'"il y a des cons partout" marche très bien et quand je rencontre quelqu'un j'essaye de m'adresser à l'être humain ( blanc, noir, jaune, rouge) et de voir si c'est quelqu'un que je trouve bien ou pas indépendamment de l'ethnie de laquelle il vient. (Merci jocelyncharles de m'avoir appris cela lors d'une petite discussion au téléphone)

 

Voir les commentaires

L'euro fort : avantages et inconvénients

P1000629.JPG

L’euro fort avantages et inconvénients

Dans un article de l’Alsace du 21/04/07, on apprend que l’euro fort a des avantages et des inconvénients. Eh oui pourquoi tout est aussi cher depuis l’euro ?

Premièrement le gros avantage de l’euro fort qui est monté jusqu’à 1.3637 dollars le 20/04/07 c’est de tempérer notre facture énergétique car comme tout le monde le sait le baril de pétrole se négocie en dollars. Donc l’essence c’est cher mais ce serait encore bien plus cher si l’euro était moins fort.
L’euro fort nous permet également d’acheter à bas prix des produits importés hors de la zone euro comme les T-shirt ou les produits asiatiques.
Je sais ça n’en a pas l’air mais l’euro fort booste également le pouvoir d’achat des européens (celui des français a augmenté sur le plan financier voir mon article précédent sur les finances).

En revanche l’euro fort a comme inconvénient d’augmenter les prix de tous les produits européens (voir l’alimentation dont les prix avec une augmentation des marges des supermarchés de 100 % en presque dix ans ont beaucoup grimpé – il faut aller dans les discount). Les produits européens sont donc défavorisés par rapport aux produits hors CEE. D’après l’économiste Marc Touati « Lorsque l’euro s’apprécie de 10% sur une année, il retire 0.5 point à la croissance(de la zone euro) et 0.6 point à celle de la France. »

Autre inconvénients les exportations. L’euro fort fait que nous vendons plus cher à l’étranger et donc freine nos ventes. L’Allemagne est une exception, elle est devenue une championne de l’exportation au niveau mondial. Mais les biens d’équipement représentent 45% des exportations allemandes et ils sont moins sensibles aux variations de prix d’après Marc Touati.
En France certains secteurs tels la construction et les services sont relativement à l’abri de l’appréciation de l’euro mais le tourisme, le luxe, l’aéronautique, l’automobile, la chimie et l’industrie manufacturière sont touchés d’après l’article. Et tout particulièment les PME.

 

Voir les commentaires