Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pulsions


Image Flick.fr



" L'émotion est la traduction d'un besoin vital. Son expression n'en est pas seulement l'écho. C'est la vie elle-même" Richard Orlinski

 

"Collectionneur averti et éclairé, Richard Orlinski a su libérer en tant qu'artiste son potentiel de créativité dans des domaines très différents qui l'ont amené à parcourir le monde.

De ses voyages est née la nécessité de partager le constat d'une universalisation des comportements humains fonctionnant sur un mode de plus en plus primaire, agressif, impulsif.

La violence aussi, sorte de mal nécessaire qui agirait comme un régulateur des interractions humaines. Comme il l'explique lui-même :

" L'évolution du monde tend vers une régression ambivalente des comportements, on entre dans des phases de compétition ou de repli sur soi en réponse aux exigences extérieures. Malgré l'éducation, la culture et la sociabilisation à l'extrême des individus, l'être humain utilise et met à profit la violence qu'elle soit gratuite ou non, comme pour maitriser un environnement hostile et affirmer son pouvoir sur les autres.

En réalité, nos pulsions sont influencées par la partie la plus primitive de notre cerveau, cette partie que les scientifiques appellent le cerveau reptilien, qui se situe en profondeur à l'intérieur du crâne et qui régit toutes nos pulsions"

" Il fait partie de notre préhistoire, c'est le siège de nos comportements de survie, de contrôle du territoire, de reproduction entre autres, il agit au présent sans faire référence au passé, à l'expérience ou à la mémoire. Cette partie si archaique et ancienne de notre cerveau "fournit une réponse programmée avec laquelle on ne peut improviser" pour citer Henri Laborit. Quoi de plus significatif que le crocodile pour représenter cet organe agé de plus de 400 millions d'années, patrimoine commun de nos deux espèces, qui ont su s'adapter et survivre quel qu'en soit le prix."

Dévellopper des réponses comportementales très nuancées grâce au plus puissant des moteurs de l'actions, la pulsion, ressenti instantané qu'a su si bien décrire Richard Orlinski par BORN WILD, un crocodile pris sur le vif de nos émotions."

 

Extrait de l'article d'Arnaud Weinberg- Art Press

Voir les commentaires

Le syndrome du meuble

 

Voici donc une autre de mes nouvelles :

Le syndrome du meuble

 

 

Le soir tombait. C’était l’été. Les nuages obscurcissaient le ciel dans la préparation d’un orage. Sans y prendre garde, je rendais visite à madame Roque. Elle habitait dans ce que nous autres villageois appelions le quartier, le lotissement en fait. Madame Roques me donnait des cours d’anglais et j’allais quelquefois chez elle prendre le thé. Nous bavardions dans la cuisine quand elle me dit : " Venez, il faut que je vous montre mon Ferguson. "

 

Je la suivis dans la salle à manger dominée par une armoire monumentale en bois massif avec d’énormes tiroirs et des motifs bombés. Elle s’approcha de l’armoire, les battants cédèrent et s’ouvrirent sur une étrange alcôve .Elle ne m’en avait jamais parlé. Madame Roques s’y glissa la première veillant à ce que je la suive. Je découvrait un repère de meubles bas, hétéroclites, fignolés, agglutinés les uns aux autres qui formaient un carré au centre de la pièce .Tout était là pour décorer…Et comme elle s’avançait, Madame Roque soulevait une multitude de bibelots déposés sur les meubles pour me les montrer. Je restai polie. Et comme nous déblatérions sur la qualité des objets entrevus, l’endroit s’aérait. Il devenait plus large. Il me semblait que le vent soulevait des tentures inexistantes.

 

Je lui dit : " Oui , oui , celui-ci est très fin, mais dites moi, à quoi cela sert-il ? "

 

-" Bientôt ce seront des antiquités "dit-elle d'un ton péremptoire

 

L’alcôve disparut. Seules deux tentures à pompons délimitaient encore l’espace.

 

-" C’est mon Ferguson . J’aime venir le regarder. " dit Madame Roque

 

Puis, comme le vent soufflait toujours, le Ferguson s’étendit à la maison toute entière, la réduisant à une série de pièces inhabitées fastement pourvues de mobilier "ancien" produit par l’artisanat local en pleine recrudescence. Madame Roque n’était pas née au village, mais elle en avait contracté les pires habitudes comme cette manie d’entasser des meubles encombrants et autres nids à poussière qui coupaient les fonds à sa famille. Pour elle il ne s’était rien passé : c’était la magie du Ferguson.

 

Je la laissai au milieu de son Ferguson et partis dans l’orage.

 

 

 

Voir les commentaires

L'ascenseur social est en panne

      

 

Et cela fait des dégâts.

Quand j’étais en hippokhagne, on ne m’a jamais expliqué comment on faisait une dissertation. Pourtant c’est par ce moyen qu’on était sélectionnés. On me l’a peut être expliqué mais en termes vagues. Le but était de sélectionner.

Je n’étais ni issue d’une famille d’intellectuels et mes parents ne voulaient pas consacrer trop d’argent à mes études car ils devaient investir dans leur ferme. La ferme c’est mon frère qui en a hérité. Donc souvent je mangeais très mal genre une baguette avec rien dessus à midi pour pouvoir m’acheter des bouquins, aller au cinéma avec les autres.

Pour les habits c’était beaucoup les puces. Mes parents me disaient que j’avais besoin de beaucoup d’argent pour mes études. Ils mettaient un point d’honneur à ce que je bosse au moins un mois chaque été. Mes amis ne bossaient pas l’été.

En hippokhagne un certain nombre de gens devaient être éliminé pour faire de la place. Ils en avaient trop pris. J’étais 25e de ma classe sur cinquante. Ils en ont pris 25.

Donc j’aurais du être prise. Mais non car le proviseur a inventé un truc. Il avait décidé de privilégier ceux qui ont fait des progrès au troisième trimestre. Ainsi une fille qui s’appelait Claire et qui venait d’une famille riche (ses parents étaient allé voir le proviseur) a été gardée alors qu’elle était bien moins bonne que moi parce que ses résultats étaient en progression au troisième trimestre.

Moi il avait même pas voulu me donner l’équivalence mais les profs ont protesté et je l’ai eu.

Je suis partie faire ma khagne à Metz. Aujourd’hui je travaille dans une école d’art et c’est encore pire que de mon temps.

Les élèves ont tous des prénoms originaux genre Amandine, Lénaïc, etc. La plupart des élèves ont fait une prépa à 20 000 francs pour être admis à l’école et la plupart des étudiants viennent de Paris (genre 16e).

Le seul « arabe » de l’école vient de Palestine pas des quartiers de notre ville. En médecine c’est pareil.

Prépas couteuses et sélection par le fric. Le savoir et la formation professionnelle c’est plus pour tout le monde. Les parents de mon copain sont d’origine malgache et sont devenus médecins mais je me demande si aujourd’hui ce qu’ils ont fait serait encore possible.

Voir les commentaires

Sans titre

Le long silence des âmes
Qui ne se connaissent plus
Et se taisent avides
Sans le savoir
Folie des uns folie des autres
Elles hésitent entre plusieurs signes
Qui tourbillonnent autour d’elles
Et dorment d’un savoir abyssal
D’un silence de tombeau
Que la parole et l’épreuve seules
Peuvent réveiller
en mêlant.

Voir les commentaires

Global et local



Nous l'avons tous constaté. Nous sommes à l'ère de la globalisation.
Pourtant ne soyons pas naifs! L'ère du régionalisme n'est pas terminé.
En effet les adeptes de la globalisation perçoivent souvent le régionalisme comme obsolète voir romantique. Pourtant, plus que jamais l'être humain a besoin de références pour se mouvoir dans le monde. Plus que jamais les politiques et l'économie misent sur une double stratégie : la stratégie globalisante, englobant tous les pays de la planète  reconnus pour leur intérêt et une stratégie répondant aux besoins spécifiques des régions.
Nous pouvons le constater en France avec la décentralisation, en Europe avec le développement des politiques interrégionales transfrontalières qui visent à aider les régions à mieux s'adapter à l'Europe.

Nous pourrions croire que les politiques européennes promouvant le développement des régions ne sont qu'une phase transitoire avant la réalisation de l'unité européenne.
Pourtant prenons garde car le développement culturel ne suit pas forcément le développement économique.
La culture reste étroitement liée aux traditions malgré les efforts des partisans de la globalisation pour s'en libérer.
En effet c'est à travers la culture que subsistent la frontière entre deux territoires : les différences architecturales, la langue, la gestuelle...etc 

De plus l'être humain plus que jamais a besoin d'une double référence : il tend vers la globalisation et a besoin d'informations de nature globalisante pour participer à la vie politique, économique, culturelle mais reste marqué par sa culture régionale, les us et coutumes légués par sa culture familiale, son histoire et a besoin de s'y référer pour évoluer dans la culture globale. Il a besoin d'un lieu qui fait vivre ses propres racines auxquelles il peut avoir recours en permanence.

L'histoire des régions, leur évolution, la production liée aux ressources du sol trouvent leur dévelloppement dans les avancées techniques de l'industrialisation à la conquête d'une modernité progressiste (production et transport surtout).

Cette époque nouvelle au travers de l'industrialisation, de la standartisation et d'une diffusion soumise à un processus de règlementation universel normalisant, s'oriente toujours davantage vers la globalisation dictée par des ambitions économiques qui ont trouvé dans les technologies de pointe leur moyen de propagation. Un concept qui pourrait faire croire que notre propre vie est devenue un produit commercial.

C'est ainsi que depuis la fin de la reconstruction qui a suivi la seconde guerre mondiale, ce mode de développement est fortement contesté par des groupes revendiquant leur autonomie politique, sociale et culturelle. Depuis plus de trente ans on peut parler d'un mouvement d'opposition à la "violence du centralisme et à ses ordres" et du refus de certains groupes de suivre l'évolution des forces productrices devenues incontrolables.

Les modèles économiques et sociaux que la globalisation impose sont souvent perçus comme négatifs à cause de la distance qu'ils prennent vis à vis de la dimension locale et qui tend à son abolition.

En revanche une culture figée dans sa tradition est en préril par ce qu'il est impossible d'arrêter la marche de l'histoire. On ne peut que s'y adapter.

Par ailleurs il est important de veiller à ce que la culture ne soit pas saccagée comme l'a déjà été l'environnement et les ressources naturelles.

La bataille entre culture et commerce fait rage. Sur les marchés globaux de la communication, la production culturelle fait concurrence à la production matérielle. Les nouveaux colosses de l'industrie ne sont plus Krupp, Fiat mais Time-Warner, Disney, Microsoft ou les Telecoms. Toutes les activités humaines semblent devenues des facteurs de commercialisation grâce à leur potentiel de médiatisation.

Cependant chez tout être humain le processus de développement se fait à partir des lieux, des évènements qui forment sa socialisation auxquelles s'ajoutent les connaissances acquises.

On peut être certain de son attache consciente ou inconsciente à la dimension locale qui représente ses racines. Et comme la société européenne se construit sur le développement culturel, celui des civilisations qui ont conduit le monde jusqu'au siècle dernier, son niveau de référence est encore principalement celui de sa culture et de son développement social et technologique. Dans cette perspective la dimension locale conseve toute sa signification et reste la base d'où peut s'articuler un futur.

D'après un texte de François BUKHARDT, Théoricien du Design et de l'architecture

Voir les commentaires

Reconnaitre les crimes de la colonisation


Il est urgent de reconnaître les crimes de la colonisation !

 

Pour une société plus avancée, avançons à l’aune de l’humain, reconnaissons que l’exploitation des richesses des anciennes colonies n’était rien face à la souffrance humaine des gens de tous ces pays qui vivaient la colonisation comme un joug tyrannique que beaucoup comparent au nazisme. Et ça continue.

 Ce totalitarisme hypocrite sous couvert de bons sentiments doit être dénoncé !

 Finissons-en du mythe du bon sauvage ainsi que de tous les mythes qui l’accompagne. Faisons la connaissance de nos voisins ! N’ayons pas peur de mêler nos peaux aux peaux des autres couleurs !

 Oublions nos craintes, faisons fi des préjugés ! L’autre n’est qu’un homme ou une femme, rien de plus.

 Oublions les histoires d’immigrés paresseux ou de profiteurs du système. Allons voir par nous même ce qu’il en est.

 L’autre n’est ni meilleur, ni pire que soi. C’est juste un homme ou une femme.

 Changeons l’inconscient collectif en devenant plus conscient et sachons reconnaître que l’autre à d’autres références, d’autres façon de parler, de se mouvoir, d’autres tics, d’autres façon de fonctionner.

 Essayons de comprendre avant de condamner et ne prêtons pas trop attention aux rumeurs et on dit qui se répandent comme des traînées de poudres sur nos lieux de travail, dans nos foyers, sur nos lieux de vacances et nous minent.

 Regardons les autres avec des yeux impartiaux et apprenons assez de savoir vivre pour pouvoir vivre ensemble.

 

Photos Libres

Voir les commentaires

Histoire d'être con

Un soir deux cons sont invités à une soirée de la haute, où des gens distingués, très haut placés , des femmes raffinées et belles se distraient. Le premier dit à l’autre : " On va se taire, rien dire de la soirée comme ça ils n’y verront que du feu et on va toutes les baiser. "

-" Pas si con " dit le second au premier.

Et c’est ce qu’ils firent. Cela fonctionna très bien car comme disait ma grand-mère les gens intelligents sont bien bêtes : ils ont du mal à reconnaître les cons. Ils croient au mystère et y voient toujours la marque d’une intelligence supérieure. C’est leur faille.

La soirée se passa sans entraves. Le premier des deux cons partit avec Ramona l’océanographe d’une institution internationale et le second avec Babeth qui étaient dans les petits papiers du " Tout-Paris " car elle en avait épaulé plus d’un.

Ils les baisèrent ,ma foi pas trop mal et forts de leur ruse, les couilles déchargées ils redevinrent loquaces oubliant de jouer leur rôle.

Non seulement ils se firent plaquer illico mais ils en rirent et redevinrent aussi cons qu’avant.

S’ils en avaient pleuré….Mais un con ça fuit les émotions….C’est trop bête pour pleurer.

Et d’ailleurs ils n’ont pas tort ça fait bien trop mal de pleurer. Ça rajoute juste un peu d’eau salée à vos tempes.

Voir les commentaires

Décongestionner les poumons

P1000633.JPG

 

En cas de toux, pour décongestionner les poumons, une petite recette de bonne femme :

- 1 cuil à café de gingembre

- 1 cuil à café de cannelle

- miel

Faire bouillir l'eau avec la canelle et le gingembre en poudre pendant 5-10 minutes. Filtrer, verser dans une tasse et ajouter du miel. Buvez chaud.

ça fait beaucoup de bien.

(Vous pouvez acheter les épices dans un supermarché mais dans certaines boutiques asiatiques, turques ou orientales c'est bien moins cher.) 

Attention, si vous êtes enceinte supprimez le gingembre, faites votre décoction uniquement avec la cannelle.

Je tiens cette recette de mon homéopathe qui m'a dit de supprimer le gingembre quand j'étais enceinte.

Enceinte ou non demandez conseil à votre médecin avant de prendre ces remèdes pour la première fois ! Il m'est arrivé de prendre de petits risques personnellement mais j'ai toujours fait confirmer par un médecin au moins après coup quand je testais un truc. 

 

 

Voir les commentaires

Ma cuisine

 

 

 

J’aime beaucoup cuisiner. Dans ma cuisine je vois un pouvoir, le pouvoir des remèdes de bonne femme. Déjà quand vous cuisiner vous même vous faites beaucoup d’économies et vu que j’ai besoin d’en faire je vois la caisse enregistreuse faire défiler les dollars quand je cuisine.

De plus quand je mange bien, je me soigne, je suis de bonne humeur et je prends des forces comme aurait dit ma grand-mère.

Quand j’étais petite nous prenions des repas où les hommes avaient droit à la viande et nous les femmes nous mangions un autre plat. La viande était censée donner de la force pour les travaux manuels.

Les femmes avaient plutôt un repas à base de féculents et de laitages type semoule au lait et compote. Ça ne me dérangeait pas. Quand je mange bien je suis de bonne humeur aussi et souvent je me réjouis du prochain repas.

La bouffe c’est mon moteur. Une façon de se motiver. Mon copain dirait qu’il faut donner de l’énergie au corps. Alors je cultive aussi des herbes sur ma véranda. Pour l’instant persil et cerfeuil. Bientôt ciboulette. C’est très bon pour la santé. Ça apporte plein de vitamines et en plus ça a bon goût.

 

Venons en aux remèdes. Le médecin aussi est une sorte de cuisinier. Et savoir cuisiner n’est pas très loin de savoir se soigner. Souvent j’évite des grippes en prenant de la vitamine C et des Dolipranes. Ainsi j’ai pas besoin d’aller chez le médecin et ça fait des économies à la Sécu. Les massages aussi c’est très bien. Et puis respirer. Savoir se protéger.

 

Il y a pas très longtemps j’avais très mal au genou. Aux urgences ils ont dit que c’était sûrement le ménisque. Je pensais que j’allais être opérée comme mon père du ménisque. Mais mon médecin m’a prescrit un médicament à base de cartilages de poulet et m’a dit de remplacer le lait de vache par du lait de soja et de sérieusement diminuer tous les laitages, de varier les laits ( j’ai pas encore essayé le lait de chèvre !). Du coup ça a mis le temps mais la douleur a fini par partir et avec mon nouveau régime j’ai plus mal depuis mai dernier.

J'aime aussi me promener au jardin botanique, voir toutes les plantes avec leurs parfums, leur apparence, leurs noms. Quelle diversité dans la nature !

Voir les commentaires

Les trains

 P1000471.JPG

 Photo du train Osb : fontière franco allemande

Aujourd’hui nos vies sont composées de différents trains à prendre pour reprendre l’expression utilisée par Kundera dans l’art du roman. En effet durant votre vie vous êtes confronté à des choix et dès que vous faites un choix vous embarquez dans un train. Certaines vie sont régies par le train de l’histoire d’autres par des trains beaucoup plus miteux. Celui d’il faut bouffer par exemple. Le train d’il faut bouffer parlons en. Je crois que ce train beaucoup doivent le prendre et il prend du temps, de l’énergie. Il vous conditionne. Finit beauté de l’esprit, liberté. Le train d’il faut bouffer vous mine.

 

Je crois que le truc le plus difficile aujourd’hui dans notre société d’information c’est que bien souvent vous embarquez dans un train sans trop vous rendre compte. Le train de la cigarette par exemple. Vous fumez pour une raison x ou y et après vous arrivez plus à vous arrêter. A l’époque où vous avez commencé c'était un truc valorisant et maintenant tout le monde vous bannit si vous fumez.

 

Certaines vies sont toutes entières conditionnées par le train de l’histoire. Celle des immigrés qui quittent leur pays pour des raisons politiques et voient leur vie entière changée à cause de positions de leurs famille ou d’eux mêmes dans leur pays d’origine. Ils font des efforts et doivent vivre avec cette nostalgie toute leur vie.

 

En plus là ça y est vous êtes dans un train mais subitement on vous rappelle ou vous donne l’occasion d’en prendre d’autres. Et là vous êtes super mal à l’aise car vous entrez dans un nouveau train. Vous y connaissez rien, vous êtes nulle et vous avez envie de rester dans ce train aussi car c’est possible. Du coup vous êtes dans plusieurs trains à la fois. Ça y est vous avez le don d’ubiquité. Votre temps est partagé entre plusieurs trains que vous prenez quand celui d’il faut bouffer s’arrête. Comme un homme est fait pour voyager dans un seul train vous êtes tout le temps dépassé par les évènements et vous vous sentez nulle.

 

 

Voir les commentaires