750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est bien d'être un écrivain raté !

C'est bien d'être un écrivain raté! Au moins l'écrivain raté à essayé , lui!
Il ne s'agit pas de penser qu'on est ce qu'on est pas : c'est-à-dire un génie.
Mais on peut être fier de l'ouvrage qu'on a écrit, des poèmes, des textes.

Car il y a plein de gens qui n'osent jamais prendre la plume, qui ont peur, qui se bloquent, qui ne prennent pas le temps.
Les longues heures passées à se casser la tête sur quelques phrases, sur un fichier word qui est tout le temps rejeté par les éditeurs, on peut en être fier. Car on a pris un risque.

Lorsqu'il faisait soleil dehors et que les autres allaient en pique-nique, lorsqu'on vous propose une sortie et que vous culpabilisez car vous ne pouvez écrire.

Les écrivains ratés sont souvent ridicules de ne pas profiter de la vie au lieu d'écrire, de ne pas écrire ce qu'ils voudraient, d'anonner trois phrases là ou un autre vous pond un poême du type d'apolinaire " Le pont Mirabeau" - Sous le pont Mirabeau coule la seine, et nos amours, faut-il qu'il m'en souvienne,....

 Oui nous sommes les Salieri de Mozart mais j'espère que lorsqu'un autre a plus de chance ou de talent que vous, vous ne magouillerez pas pour qu'il lui arrive malheur.

Il y a beaucoup d'écrivains ratés sur cette basse terre. Souvent on dit qu'il y en a beaucoup trop. Des "graphomanes" comme dirait Kundera.

Pourtant il y aussi les autres : ceux qui n'écrivent pas, ne connaissent pas les règles basiques de l'orthographe, ne savent pas écrire une phrase de français correct.
Alors écrivains ratés ne vous flagellez pas trop!

Au début vous croyez que vous écrivez l'œuvre la plus sublime du monde : oui elle vient de vous c'est normal! Vous vous pâmez de plaisir devant vos mots d'esprit, votre enthousiasme, revu par votre entourage, est ravivé à chaque fois que vous lisez un texte de vous !

Beaucoup d'écrivains ratés sont une manne pour les psychiatres. Mais peut être qu'être un écrivain raté vaut mieux que d'être un dangereux psychopathe, peut être qu'à force d'être un écrivain raté on revient à la raison.
 Que celui qui s'est remis en question face à son talent, pense au fait qu'il puisse se remettre en question dans la vie de tous les jours aussi.
Et sache se faire plus petit, plus modeste la ou d'autres continuent de croire qu'ils méritent largement des choses qu'ils ne méritent pas.

La folie est très répandue dans ce bas monde surtout chez les personnes "saines d'esprit".

 Etre un ecriavin raté vous aide à être moins fou que les autres. Vous avez buté contre le refus des éditeurs, vous avez écrit et personne ne s'interesse à votre talent. Un écrivain raté connaît ses limites et s'il continue d'écrire tente de les dépasser
.

Un écrivain raté doit muter à chaque refus de publication, à chaque critique, à chaque déprime, à chaque signe de découragement. C'est mute ou crève! Voilà la vie de l'écrivain raté!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

jocelyncharles 09/06/2009 03:06

En relisant ce texte je trouve que c'est un excellent texte parlant de l'art d'écrire. Il devrait prendre une part un peu plus importante dans ce blog: bravo.

Amalia Harmonie 09/06/2009 15:51


merci jc. la partie écriture devrait pendre une plus grande part ds ce blog de façon générale.


pinson gérard 04/06/2009 20:12

Ha, autre paire de manche que de donner la vie!... Autre belle aventure. Pas trop de temps pour toi. Ben si tu veux, je reprendrai contact plus tard. j'ai des choses à échanger. Pas des conseils, surtout pas! mais un échange de vues. J'ai tenté une expérience d'éciture il y a dix ans maintenant. Elle a pour moi donner des résultats inattendus, c'est-à-dire que je ne m'attendais pas aux suites que ça a pris. Vraiment étonnant! J'aimerais partager ça avec toi, c'est si rare de rencontrer des êtres qui ont la même forme d'esprit que soi.Je n'ai pas de site, je n'ai rien mis en ligne, en clair j'avais renoncé à la moindre communication. Mais si tu le souhaites, je pourrais te transmettre certains trucs. Comment faire pour se dhopper mles mails réciproques?En attendant, porte-toi bien, pleins de bisoux à l'enfant, à toi et au papa!...

Amalia Harmonie 06/06/2009 13:38


m'as l'air d'être quelqu'un d'insolite. c'est intéressant. merci pour les encouragements pour bébé, papa et moi. Le papa fait des études très prenantes assez loin de chez nous donc je n'ai pas trop
de temps à moi actuellement. Surtout chez mes parents je n'ai pas d'internet mais je relève mes mails dès que possible dc mon adresse amaliaharmonie@laposte.net.
J'oubliai : c'est sympa de vouloir échanger avec moi.
La semaine prochaine je ne pourrai pas trop venir consulter mes mails car je devrai récolter groseilles et framboises avec ma mère. C'est la moindre des choses vu son soutien logistique.

à bientôt donc 


amalia 04/06/2009 17:31

Merci pour ce commentaire on ne peut plus encourageant. Oui je connais ce sentiment de lutte contre soi-même et le monde entier quand on écrit, l'envie d'abandonner dès la première minute, la lutte pour s'y mettre, pour trouver le temps, la culpabilité car on ne fait rien d'autre, qu'on ne vit pas pendant qu'on écrit. Et oui je suis d'accord avec toi, l'écriture est avant tout un rapport à soi et les gens raillés hier sont adulés aujourd'hui.Je viens d'acoucher là et trouver le temps d'écrire est très difficile mais je suis contente car j'ai pu aller sur internet cette aprem malgré le fait que le pot d'échappement de ma voiture a laché sur l'autoroute mardi alors que j'allais chez le pédiatre et je lis ton commentaire. merci. Vais voir si tu as un site aussi.Amalia 

pimpim35 30/05/2009 10:23

salut Amalia,je viens de tomber sur ton commentaire. Par gag, en me disant moi-même que j'étais un écrivain raté. Mais ça n'existe pas, un écrivain raté... C'est un jugement sur soi-même, et ses propres capacités à être. A quoi bon singer ce qu'il est convenu d'appeler les grands textes. Souvent, de leur vivant, ceux que l'on adule aujourd'hui n'ont rencontré que mépris et ricanement. Pour moi, l'écriture est une recherche de son moi profond. Ça ne coïncide que très rarement avec les impératifs mercantiles de notre "chère" société vouée au culte de l'argent.C'est une tentative très personnelle, l'écriture! On ne sait pas pourquoi c'est là, ni où ça mène. Tu connais peut-être cette douleur intérieure d'être poussé à devoir écrire, de ne pas savoir quoi dire, de s'y mettre quand même, puis tout aussitôt de se dire: "c'est de la m...!" Quelle tragédie individuelle de se sentir fait pour quelque chose, et de se dire qu'on n'y parviendra pas!Alors, ne renonce surtout pas. J'ai trouvé ton texte très émouvant, empreint d'une grande sincérité. Tu possèdes indéniablement une qualité d'expression. Lutte, c'est la promesse de la rencontre de toi-même qui est au bout de ce chemin. Ensuite, être édité ou pas, c'est la cerise sur le gâteau. Pour moi, les éditeurs sont des marchands. C'est un sérail, une caste qui décide orgueilleusement de ce qu'ils veulent publier. Je me refuse moi-même à tomber dans ce panneau...Je te souhaite chance et réussite. 

jocelyncharles 01/06/2008 21:49

je crois lorsque je lis les commentaires que c´est l´article qui suscite le plus d´attention.Ceci me rappelle une phrase que Dali disait à Amanda Lear:" Si tu veux que quelqu´un se souvienne de toi, ne soit pas gentille, done lui un coup de pied. Si tu es gentille, la personne ne se souviendfra probablement pas de toi à la prochaine rencontre, mais si tu lui donnes un coup de pied, des qu´elle te reverra, elle se dira " attention, celle la m´a donné un coup de pied ".Tu as jeté un pavé dans la marre : bravo.

Amalia Harmonie 02/06/2008 06:48


lol


homeo-couscous 17/05/2008 22:19

En "fait", quand je disais "sain", je le voyais dans le sens "qui n'est pas motivé par quelque chose qui peut ralentir l'ascension", qui va justement freiner cette activité, et la rendre peu "créatrice", la dérouter. Dans ce sens, l'envers des idéaux dits "sains" est créateur, porteur de perfection ou de beauté, quelque de ce goût-là. A propos des maisons d'édition, de la possibilité d'être édité, c'est une affaire qui m'a l'air assez complexe, qui demande du courage, et...beaucoup de chance ;-) personnellement j'ai mis ça de côté, afin de prendre du temps (relatif) pour être armé, et envoyer plus sereinement les écrits. (Prendre une claque ou non, (j'ai pu voir que les éditeurs n'hésitaient pas à encourager, enfin, soit ils ne disent rien, soit ils donnent clairement leur avis (là c'est intéressant)) et recommencer...améliorer) enfin bref, j'imagine que tu as déjà vécu tout ça ;-) (ça m'intéresse de savoir, combien, où, manuscrits tu as envoyés, temps de réponse, etc.)Bon courage et merci pour le commentaire ! J'ai juste du mal à imaginer ce qu'est la sensibilité à fleur de peau; dans la peau, peut-être...

Amalia Harmonie 17/05/2008 22:36


La sensibilité à fleur de peau...Quand je réfléchis à cette expression je me dis qu'elle décrit bien ces personnes "viscéralement" sensibles, qui sont très réactifs comme si c'était cette
sensibilité à vif sur leur peau qui les faisaient réagir à tous propos et vivement.
Sinon pour les éditeurs j'ai du faire 4 ou 5 envois. Je suis comme toi je préfère attendre avant d'envoyer et là en ce moment j'hésite. J'ai plusieurs longues nouvelles ou courts romans que je dois
relire avant de décider si je vais les mettre sur lulu.com et en consultation gratuite en pdf ainsi qu'en vente relié pour les gens qui seraient intéresés. Je pensais aussi tenter les éditeurs
régionaux avant. Mais un écrivain raté se doit de publier sur lulu -;)


homeo-couscous 17/05/2008 16:50

Je trouve cela toujours très drôle l'idée d'écrire qu'on est un(e) écrivain(e) raté(e), accuser le sort en s'enfonçant dedans. C'est mon avis, mais autant ne pas l'écrire. Evidemment le lieu est propice à ce genre de légèreté, et le monde est là pour te rassurer. (Ps: je n'ai toujours pas lu tes autres "textes", je le ferais, là je resterais dans la généralité) Ceux qui n'écrivent pas sont de très bons écrivains. En ce qui concerne le talent...tout est question de travail, et d'un "je ne sais quoi", car les génies sont des bosseurs, qui prennent en main le monde, qui se laisse aller aux instincts, lesquels ? je ne sais pas, mais en tout cas ils ont les yeux grands ouverts. Là j'ai plutôt l'impression que c'est ton égo qui a été bousculé, et comme l'écrit insidieusement Tribouli2008, que ton but n'est pas sain, et d'ailleurs, quel est ton but ?

Amalia Harmonie 17/05/2008 21:38


Mon but serait d'être professionnelle et d'en vivre  mais je n'écris pas pour ça. J'écris parce que je n'arrive pas à faire le deuil de cette activité, j'écris aussi pour mon grand père et
parce que j'aime raconter des histoires, parce qu'apprendre à écrire m'intéresse et que pour moi c'est une bonne façon de progresser dans la vie, parce que quand la vie est trop moche ou horrible
cette construction me console. Je ne sais pas si c'est sain ou malsain. Je ne sais pas si les gens qui écrivent sont sains. Je ne me pose pas la question et je n'ai pas de complexes la dessus vu
que des motifs sains ou des gens sains ben j'en connais pas beaucoup. Le vice est bien plus moteur que les idéaux sains si tu veux mon avis. L'important est la manière dont on l'exploite...


Tribouli2008 17/05/2008 16:41

salut....Je partage un autre avis sur les écrivains râtés... J'ai pas trop l'impression que ça existe, si on te publie pas c'est pas parceque t'es râtée mais surement parce que tu n'es pas très commerciale. Ici je lis que le critère du rattage se fait sur la publication, j'ai l'impression que le but que tu t'es donné c'est d'être publié, je pense qu'il ya beaucoup d'écrivains râtés qui sont publiés, ça n'empeche rien!

Amalia Harmonie 17/05/2008 21:23


Tu as raison l'écriture n'est pas du commerce. Longtemps et aujourd'hui encore les circonstances de ma vie faisaient que je n'avais pas de temps à consacrer à l'écriture, jamais assez de temps. je
rêve de gagner de l'argent avec cette activité pour pouvoir avoir le temps de m'y consacrer, pour avoir tout le temps nécessaire pour apprendre et créer. C'est pour ça que j'aimerais être publiée,
pour pouvoir en vivre. C'est mon rêve. ça supposerait que je sois un écrivain intéressant, professionnel. Malheuresement la survie prend mon temps ou heuresement peut être. Je me dis souvent que je
vais faire ou devoir faire le deuil de cette activité, que je suis pas assez ci ou ça, pourtant je continue. ça me revient et je tente d'améliorer, d'étudier de comprendre, de me renouveller.


larcher 17/05/2008 11:37

L'important, sans doute, c'est d'être. Après raté ou pas ... Tout est question d'appréciation. Si cela te dit jai écrit quelques lignes sur le sujet sur mon blog. Ceci étant, dans ta prose, on distingue derrière l'apparence des mots que tu n'as certainement pas raté ce qui t'a construit.

Amalia Harmonie 17/05/2008 14:42


Je prends ça pour un compliment. Merci larcher. Suis allée faire un tour sur ton blog. Je l'ai trouvé sympa et intéressant.


jocelyncharles 07/05/2008 14:28

il n'y a pas de quoi ;)